L’École Autrement

Un laboratoire pédagogique où chercher ensemble de nouveaux moyens d’apprendre et d’enseigner.

Laboratoire pédagogique

L’École Autrement (EA) est un Dispositif Interne d’Accrochage Scolaire (DIAS), un espace de resocialisation pour jeunes en décrochage scolaire (SAS interne) créé en 2012 à l’Institut Sainte-Marie de Châtelineau, en Belgique. Ce laboratoire pédagogique accueille les élèves écartés des cours. Nous y avons imaginé des formations particulières et une série de séquences sociologiques sur des thèmes aussi variés que les besoins (Abraham Maslow, 1954), les émotions (Daniel Goleman, 1998), l’écoute active (Carl Rogers, 1963), l’estime et l’image de soi ou encore la gestion de conflits. Des animations spécifiques y sont développées et testées avant d’être disséminées dans l’école et dans d’autres établissements.

École Autrement, ISM Chatelineau

De l’ombre à la lumière

En fin de parcours à l’École Autrement, ces jeunes, initialement renvoyés de leurs classes, finissent par enseigner à d’autres le chemin qui les a menés à résoudre leur propres difficultés. Au terme de ce cheminement, ils rejoignent leur groupe classe d’origine afin de poursuivre leur scolarité.

Luxembourg. Rendo avec les enfants.

Chemin vers l’EA

Le jeune qui pose problème en classe peut être exclu de son groupe par le conseil de classe. Bien souvent, cet élève empêche le bon apprentissage, le sien et celui de ses camarades. Le dossier disciplinaire de cet élève entraîne son écartement pour lui permettre de travailler chacun des éléments pointés par les membres de l’équipe pédagogique à son égard. L’éducateur référent du jeune rédige une demande de suivi que l‘équipe de l’École Autrement analyse avant de programmer les animations liées aux difficultés du jeune.

Ce n’est certes pas le seul chemin pour arriver aujourd’hui à l’École Autrement. Certains élèves y viennent de leur plein gré durant les heures de fourche, s’y inscrivent spontanément ou en font la demande auprès de leurs éducateurs. Les titulaires de classe proposent aussi d’y inscrire un élève en décrochage ou souffrant d’un trouble dys.

Châtelineau, Belgique. Anciens locaux de l'École Autrement

Difficiles difficultés

Lors d’une rencontre avec les adultes responsables du jeune, l’équipe de l’École Autrement peut alors démêler la situation difficile pour en extraire les éléments d’un travail possible avec le jeune. C’est là, au cœur d’un premier entretien avec les familles, que commencent nos recherches et que nous proposons au jeune et à ses responsables, un contrat d’engagement à l’École Autrement qu’ils sont libres de signer après en avoir pris connaissance.

Châtelineau, Belgique. Classe de l'École Autrement

À chaque fois, il y a une question que nous nous posons : « Est-ce là un jeune difficile ou est-ce un jeune en difficulté ? » Lorsqu’on dialogue avec l’enfant en difficulté, nous ne l’enfermons pas dans ses actes. Au contraire, nous lui proposons une libération et, pour une première fois dans sa vie sans doute, nous lui donnons l’occasion d’éclairer pour d’autres le chemin sur lequel il a lui-même trébuché. À ce moment-là, il ne le sait pas encore, mais il va devenir l’Élève-Enseignant de ses chutes.

508 - Ecole Autrement Chatelineau

Vivre l’apprentissage

L’élève en situation d’exclusion provisoire peut intégrer sa nouvelle classe, son Nouveau Monde, son autre monde : notre École Autrement. Il y trouvera un endroit pour vivre un apprentissage en harmonie avec ce qu’il est, ses intelligences différentes (Howard Gardner, 1996) , ses blessures et ses dérives. Il y respectera un cadre bienveillant.

Plus qu’un contrat, il s’agit d’un ticket d’embarquement pour la quatrième dimension de sa vie.

Ce contrat, s’il lie les familles à l’École Autrement par des devoirs, il engage également les enseignants de l’ÉA à modifier leurs pédagogies au cœur de leur enseignement.

Pyrénées, France. Arrêt dans un refuge.

Quarantaine éducative

Le jeune, placé en quarantaine éducative à l’École Autrement, y séjournera deux semaines reconductibles suivant l’importance du travail qu’il va y effectuer. D’autres élèves ayant le même profil vont l’accompagner dans une réflexion, en pleine conscience, sur leurs propres pensées, leurs actions et leurs motivations. Avec eux, nous revenons aux sources des difficultés qui nous ont menés à nous rencontrer dans cet espace-temps de l’École Autrement.

Ci-contre, une vidéo sur la gestion de conflit créée par des jeunes s’étant bagarrés en classe.

Horaire

Avec un nombre idéal de douze élèves, l’École Autrement ouvre ses portes sur une classe aménagée en conséquence. Un horaire spécifique est mis en place pour les élèves écartés :

  • Durant les 5 heures du matin, en Sociologie, nous cherchons les pistes du raccrochage scolaire en fouillant parmi les causes de nos attitudes et de nos comportements.
  • Durant les après-midis, à l’École de soutien, nous travaillons les matières scolaires grâce à nos intelligences-multiples.
  • Le mercredi après-midi, en Atelier du Mercredi, les élèves de l’ÉA enseignent à d’autres élèves ce qu’ils ont appris durant les matinées en Sociologie.
Institut Sainte Marie, Châtelineau, Belgique. École Autrement

De la philo humanitaire

À l’École Autrement, les journées sont faites d’apprentissages socioconstructivistes, de partages d’expériences et de rencontres. Les formations y sont données à la fois par les enseignants, les élèves et les invités (Guests : jeunes profs, éducateurs, stagiaires, observateurs, direction, Amis, etc.)

Nous y abordons principalement le travail sur soi par le biais d’animations et d’échanges philosophiques. Nous nous réunissons également en Communauté de Recherche Philosophique (Michel Sasseville, 2011) afin de permettre à chacun de travailler son fond d’humanité, son histoire personnelle et ses rapports aux autres.

Châtelineau, Belgique. Communauté de recherche philosophique.

Du temps et du regard

Le temps précieux que nous passons avec ces jeunes, c’est ce qui forge nos relations éducatives et engendre le changement positif. Le secret du raccrochage scolaire tient du regard bienveillant inconditionnellement constructif sur le jeune (Carl Rogers, 1963) qu’on dit difficile. Car nous enseignons d’abord ce que nous sommes. Ensuite vient l’enseignement par nos actes et nos paroles.

Audes, France; Ballade éducative au Milobre.

Pygmalion

Dans ce sens, l’effet Pygmalion (Rosenthal & Jacobson, 1960) est utilisé comme puissant outil motivationnel. L’élève, vu comme étant capable de réaliser sa tâche, se sent motivé à l’accomplir. C’est le regard accueillant de l’enseignant qui engendre cette mise en route de l’élève et son enthousiasme dans l’apprentissage. C’est l’axe qui va permettre à l’élève d’activer ses propres leviers de motivation (Roland Viau, 2005). Car il est essentiel de voir l’élève en difficulté avec nos yeux du cœur (Antoine de Saint-Exupéry, 1999) pour que naissent les envies réciproques d’enseigner et d’apprendre.

Car nous savons aujourd’hui que plus il y aura de lieux d’accueil, moins il y aura de prisons (Boris Cyrulnik, 2004). C’est dire s’il est essentiel d’accueillir le jeune en difficulté d’apprendre. Car l’école répond à un besoin d’apprendre, elle n’a jamais été obligatoire. L’école obligatoire comme la course au diplôme est une tromperie : Ce n’est pas le plus fort qui survit ni le plus intelligent, mais celui qui s’adapte le mieux au changement (Charles Darwin, 1859). Il est grand temps de parler du codéveloppement.

497 - Ypres

C’est dans ce cadre coopératif que le jeune peut activer une triple autorisation : celle d’apprendre sans ses parents en gérant son conflit de loyauté, celle de se sentir autorisé à apprendre par ses parents et celle de laisser ses parents être ce qu’ils sont (Danielle Mouraux, 2012).

Le jeune en difficulté, au cœur de cet apprentissage fraternel, peut alors prendre les commandes de sa propre existence. Il peut apprendre et enseigner à d’Autres ce qu’il aurait voulu apprendre, dans d’autres lieux en d’autres temps.

Car c’est en gérant par l’exemple qu’ensemble, élèves et enseignants, nous avons construit une École dans l’école.

J-Luc Carels

Audes, France. Réflexion au château cathare de Peyrepertuse.

2 Commentaires

  1. Merci pour ton invitation à vivre cette aventure.

    Réponse
  2. J’aime beaucoup cette méthode

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.