Les Conditions d’Apprentissage

L’ensemble des théories pédagogiques mises en œuvre par l’enseignant pour conduire sa leçon

Accès au savoir

Sous quelles conditions acquiert-on de nouvelles compétences ?

Si l’objectif pédagogique est d’amener l’élève à accéder à de nouveaux savoirs, l’enseignant a la fonction de mettre en place les conditions qui favorisent cette acquisition. Pour ce faire, il sera attentif aux étapes de l’apprentissage, aux leadeurships, aux niveaux d’acquisition, à la différenciation, aux zones de conforts, à son accroche, au renforcement positif … Bref, à toute une série d’éléments indispensables à l’apprentissage en groupe. C’est ce que je nomme « les CONDITIONS D’APPRENTISSAGE ».

C’est ainsi qu’il accroche l’élève à l’école. Il met en scène un cours pour permettre à l’apprenant de prendre à lui ce « SAVOIR » qui va construire ses nouvelles compétences.

Dialogue pédagogique

Qui partage alors l’information ?

Or ce mouvement apprenant n’est plus unidirectionnel dans la mesure où l’élève à de multiples accès à l’information. Ce partage de savoirs tient donc d’un échange entre l’enseignant et l’apprenant : un dialogue pédagogique. Pour prendre à lui ces nouvelles connaissances, l’élève doit mettre en place une série de STRATÉGIES D’APPRENTISSAGE en même temps que l’enseignant met en place ses MOYENS DIDACTIQUES. C’est à ce moment que l’apprenant et l’enseignant, sous une même Loi, travaillent en codéveloppement pédagogique.

461 - Ecole Autrement

Attitude adultiste

N’est-ce pas le maître qui détient l’ultime savoir ?

L’erreur fondamentale de l’enseignant réside alors dans son adultisme lorsqu’il a la certitude d’être plus capable que son élève. Lorsqu’il se donne le droit de décider pour le jeune sans son accord J. Bell quitte à enfreindre la Loi bienveillante sous couvert d’un âgisme réconfortant. Ce mécanisme, trop souvent rencontré au sein de la profession consolide l’effet Pygmalion enchâssé par des renforcements négatifs à l’égard des jeunes. Ces pratiques discriminatoires et ségrégationnistes créent à elles seules la fracture sociale et identitaire de l’élève. L’École comme institution devient alors la principale cause de décrochage scolaire. Les blessures qu’elle engendre s’ajoutent aux traumas préscolaires du jeune. Elle donne aux familles l’occasion de rejouer, à travers leurs enfants, les erreurs qu’elles n’ont pas eu l’occasion de réparer dans leurs propres scolarités. Ces abandons éducatifs, renouvelés, renforcés alors par des parents à nouveau blessés, engendrent in fine la réfraction au système scolaire.

488 - Prieuré Groenendaal

Décrochage scolaire

Et si les cause de décrochages étaient ailleurs qu’en l’élève ?

Il est trop facile pour le monde enseignant de se ranger derrière des causes de décrochage liées aux milieux sociaux, aux genres, aux troubles ou à la société. Si ces causes sont bien réelles, il est stérile de se convaincre qu’elles empêchent à elles seules le « bon » apprentissage. L’enseignant reste le maitre d’équipage dans sa classe. Sa grande marge de manœuvre peut, à elle seule, contribuer à mobiliser la motivation intrinsèque des apprenants.

487 - Prieuré Groenendaal

Théories

Quelle est alors la responsabilité de l’enseignant ?

Les conditions d’apprentissage sont donc les outils pédagogiques de l’enseignant. Ce sont toutes les théories qu’il a acquises au fil de ses expériences et qu’il va mettre délibérément en place. C’est la manière dont il va conduire sa classe afin que les élèves atteignent le but pédagogique qu’il leur a fixé. C’est l’endroit même où l’enseignant doit ne pas accepter les choses telles qu’elles sont et accepter la responsabilité de les changer Denis Wailley.

J-Luc Carels

Brême

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.