La Butte

Au commencement

Pourquoi la Butte est-elle le système idéal pour une culture permanente ?

La Butte en permaculture n’est pas le seul système valable. C’est celui que j’ai choisi d’étudier. Il permet de reprendre les pourparlers entre l’Homme et la Nature qui le domine. Dans ce sens, la culture sur Butte permet un échange Plante-Humain en maximisant le travail agricole. Ce dialogue permet à la Nature de s’accroitre et, en contre partie, de fournir à l’être humain de quoi vivre en lui délivrant nutriments et oxygène en retour.

C’est ici que tout commence. Nous allons organiser la Nature afin de réengager les négociations avec elle. Pour ce faire, nous allons modifier l’environnement actuel, l’enrichir et le conditionner pour le mettre au service des semences que nous désirons y faire germer.

Buttage

Comment réalise-t-on une butte en permaculture ?

La création d’une butte en permaculture demande un travail important.

1. Orientation : Tout d’abord, tu vas t’intéresser à l’implantation de ton site. Idéalement, durant une année, tu observes l’évolution du site dans lequel tu vas faire tes cultures. Tu dois tirer parti des particularités du jardin en respectant au mieux la nature existante. Tu commence par dessiner ta butte en l’orientant Nord-Sud.

 

2. Planche : Délimite correctement le contour de la planche1 à l’aide d’un cordeau2. Ceci permet d’aligner au mieux les buttes entres-elles et d’éviter, durant tout le travail de buttage, de piétiner les terres arables et de les compacter.

1 – On appelle « planche », la délimitation d’une zone cultivable.

2– Un cordeau est une corde tendue entre deux bâtons, servant à matérialiser provisoirement une ligne droite pour permettre la construction d’un élément d’ouvrage (une bute, des plantations en lignes, etc.)

3. Tranchée : Creuse une belle tranchée de 120 cm de large sur 35 cm de profondeur. En dessous de 120 cm, ta butte ne sera pas assez large pour créer un écosystème permanent. Inversement, une trop grande largeur ne permet pas d’accéder aux plantations extrêmes sans marcher sur la butte.

4. Allées : Si tu crées plusieurs buttes côte à côte, veille à les espacer par des allées de 60 cm minimum afin de pouvoir travailler à genoux. Tu dois pouvoir y circuler librement avec tes outils. Si ton espace est important, il te faudra peut-être y passer avec une brouette. Note l’importance de  songer à tous ces éléments avant de te lancer dans l’aventure. Bien penser l’aménagement de l’environnement c’est aussi tenir compte de ton ergonomie.

5. Terres arables : Conserve les terres provenant de la tranchée afin de recouvrir la butte. Si ces terres sont trop argileuses, veille à les remplacer par une terre de meilleure qualité. Perso, j’en remplis l’espace entre les planches de mes palettes pour solidifier la structures.

6. Bordures : Construis une bordure à l’aide de planches à palettes. Au-delà de la bordure, maintien un espace d’herbes sauvages afin de limiter les risques d’érosion et de lessivage d’éléments minéraux constituant la pente de la butte.

7. Buches : Rempli la tranchée avec des buches et des rondins de tailles diverses. Termine par des branches de diamètre plus petit. Idéalement, tu peux utiliser des branches tombées sur le sol ou des rondins de bois déjà en décomposition. C’est en se dégradant dans le sol que ce bois va enrichir la butte par en-dessous durant de nombreuses années.

8. Humus de sous-bois : Comble les trous entre les troncs et les buches par de l’humus récupéré dans les sous-bois. Ceci évitera le tassement trop important de la butte lors de la décomposition des gros rondins. Cet humus forestier est très important car il va amorcer la fertilité de l’ensemble de la réalisation.

9. Branchages et feuilles mortes : Couvre l’ensemble de la bute avec des branches plus fines et des feuilles mortes jusqu’au niveau du sol initial. Cette partie va se dégrader plus rapidement que celle du sous-sol. Elle va ainsi nourrir les premières plantations.

10. Compost frais : Après avoir niveler au mieux les premiers éléments plus grossiers de la butte, recouvre-la de compost frais. Il s’agit du compost de la fin de l’année précédente qui n’est pas entièrement défait.

11. Terre de tranchée : Recouvre ensuite la bute de terres arables récupérées lors de la création de la tranchée, ou de la terre de remplacement. Cette terre va servir de maintient. C’est elle qui va structurer l’ensemble du montage.

12. Compost : Recouvre le tout de compost dégradé. Il s’agit d’un compost de minimum un an d’âge. C’est dans ce compost que tu vas planter tes premiers plants. Leurs racines aéreront les étages inférieurs durant que ceux-ci se décomposent au fur et à mesure du temps.

13. Paillage : Fini ta butte en la recouvrant d’un mulch fait de paille, d’écorce ou de tonte de gazon. Celui-ci va permettre de maintenir l’humidité à l’intérieur de la butte et éviter la prolifération des mauvaises herbes. L’ensemble de la butte atteindra une hauteur de 30 cm depuis le sol initial.

14 Pose-pied : Installe enfin un pose-pied en bois tous le long de la butte, à mi-hauteur, afin de faciliter son accès lors des plantations et de la récolte. Tu y poseras le pied pour atteindre les plans inaccessibles.

Principes

De quoi doit-on tenir compte lors de la culture sur butte ?

La culture sur butte offre beaucoup d’intérêts. Elle optimise les cultures grâce à sa forme et à sa compostion.

  • Feuillage : La forme convexe de la butte stimule l’augmentation du feuillage et donc de la photosynthèse.
  • Enracinement : La grande profondeur de terre arable permet aux racines de se développer verticalement. On peut donc rapprocher davantage les plants et augmenter la productivité du terrain. C’est pourquoi Alan Chadwick recommande le double bêchage d’une profondeur de 60 cm, soit de deux fers de bêche.
  • Drainage : La forme concave de la butte évite les inondations et les flaques d’eau. L’efficacité de son drainage permet aux plantes de bénéficier d’un très bon apport en eau. En effet, le réseau de canaux laissé par les racines et la faune du sol permettent une gestion idéale de l’eau.
  • Affaissement : À mesure que les matières organiques se décomposent et que les terres retrouvent leur densité optimale, la butte va s’affaisser. Alimentée par de la matière organique en surface, elle ne disparaitra jamais entièrement.
  • Fertilité : Sa fertilité tient de cette décomposition souterraine et de cet apport superficiel en compost. Les buches et les branchages, en se compostant, vont alimenter la butte en nutriments depuis sa base.
  • Paillage : La matière organique humifiante (compost et mulch), produite par les plantes elles-mêmes, ne demande plus aucun apport extérieur après la première année de culture.
  • Optimalisation : Après une décennie, le sol de la butte est idéalement structuré et atteint son potentiel optimal. La structure de son sol se stabilise et sa productivité devient idéale.
  • Consolidation : Les pentes de la butte doivent être consolidées par une végétation permanente.
  • Compagnonnage : L’association de plantes et la rotation des cultures sont encouragées afin de rentabiliser au mieux la butte et l’acquisition de l’azote par les plantes.
  • Quinconce : Afin de mieux utiliser l’espace, les semis et les plantations se font non en rangées, mais en quinconce. Cette méthode assure une meilleure résistance des plantes au vent et génère une humidité plus importante à la surface du sol.