Les Balises d’appel

Le balisage de l’appel permet un encrage de l’injonction.

Demande

Qu’entends-tu par Balises d’appel ?

Il s’agit d’un dispositif éducatif, conçu pour attirer l’attention du sujet (l’élève en difficulté) sur une demande de changement de comportement (correction d’une attitude inacceptable) par le biais de différents appels. Le principe repose sur l’énoncé d’une demande de changement d’attitude négative subdivisé en trois appels qui annoncent l’injonction.

On évite ainsi de communiquer directement au sujet une injonction éducative unique, souvent complexe, inintelligible et difficilement concevable pour lui. On initie plutôt cet ordre formel par une série d’informations (qu’on appelle « balises ») utiles à sa compréhension et à son acceptation. En d’autres mots, je divise la demande de changement d’attitude à faire entendre au sujet en trois parties distinctes

86

Balise n°1

Comment actives-tu la première balise ?

Premier appel

La première balise est l’amorce du processus. Cette première étape consiste à faire prendre conscience par le sujet d’une première notion liée à sa propre problématique (son énigme personnelle). À ce moment, il n’a pas conscience du lien réel entre cet « appel » et la résolution de son énigme personnelle. Il fera le lien lui-même à la fin du processus.

Cette balise est :

  • Interrogative :  Interroger le sujet sur une première notion initiant l’injonction. Pour cela il s’agit d’amorcer le processus en positionnant le sujet hors du contexte lié à la demande de changement, dans le cadre d’une animation non centrée sur la problématique liée à l’injonction en s’adressant à l’ensemble du groupe, sans pointer directement le sujet. Je pose donc une question, en rapport avec l’injonction, à tous les participants.
  • Émotionnelle : Lier ce questionnement par une émotion afin de permettre au sujet de la retenir durablement. Pour cela, choisir une émotions dans un des cinq registres de base, soit la colère, la joie, la peur, la tristesse ou le dégoût. Lors de mon intervention, je fais vivre cette émotion par le groupe afin de coller l’apprentissage. Notons qu’en terme d’émotion, le plaisir favorise l’apprentissage (Delphine Druart et Augusta Wauters, 2013).
  • Spatio-temporalisée : Encrer cette balise dans le temps et dans l’espace afin qu’elle soit correctement identifiable par le sujet. Je veille à ce que chacun identifie exactement où il se situe, dans l’espace et dans le temps, lors de l’intervention.
  • Appropriée : Vérifier que le sujet ait bien compris et accepté l’information. Ensuite, veiller à ce qu’il se soit approprié le nouveau concept. Je veille à ce que le sujet acquiesce, reformule ou montre son accord par un signe non-verbal.
291
487 - Prieuré Groenendaal

Balise n°2

Comment actives-tu la seconde balise ?

Second appel

Ce second appel est la suite logique du premier. Il s’agit d’une notion qui « oriente » le message envoyé précédemment. Cette balise corrige la trajectoire de la réflection antérieure. Elle implique une seconde notion fondamentale en lien avec la première balise et annonce la conclusion de la balise terminale. Là encore, le sujet n’a pas conscience du lien entre cet appel et la nécessité d’adapter son attitude à son environnement.

Cette balise est :

  • Interrogative : Interroger le sujet sur une seconde notion initiant l’injonction. Procéder de la même manière que pour la Balise n°1 en veillant à ce que le sujet soit dans un nouveau contexte, différent de celui de la première Balise. Je pose une seconde question, en rapport avec l’injonction, à tous les participants.
  • Complémentaire de la Balise 1 : Poser une question étroitement liée à la question de la balise n°1. Celle-ci complète l’information donnée en fortifiant le concept, en corrigeant la trajectoire donnée.
  • Émotionnelle : Lier ce questionnement par une nouvelle émotion, prise dans un autre registre émotionnel que celui de la balise n°1. Lors de mon intervention, je fais vivre une toute autre émotion par le groupe.
  • Spatio-temporalisée : Encrer cette balise dans un temps différent mais dans un espace semblable à la première balise. En contextualisant la seconde balise dans le même cadre que la première,le sujet arrivera à faire les liens entre eux plus durablement.
  • Acceptée : Toujours vérifier que le sujet se soit approprié le second concept.
413 - Cucugnan 1
460 - Santa Cruz de tenerife

Balise Terminale

Comment actives-tu l’ultime balise ?

Demande injonctive

La demande injonctive est la conclusion, faite par le sujet, des deux premiers questionnements. Elle propose une solution à l’énigme personnelle du sujet. Elle revient sur le changement d’attitude recommandé. Le sujet peut, à ce moment du processus, conclure par lui-même à la question de nécessité de corriger son comportement afin de s’accorder à l’Autre dans un environnement donné. À ce moment du processus, il prend conscience de l’ensemble de la démarche intellectuelle, il identifie les deux éléments précédents et peut sortir de sa zone de confort environnementale afin d’accéder à une zone de confort plus hospitalière.

Cette balise est :

  • En appuis sur les Balises 1 et 2 : L’ultime balise est celle qui va d’abord résumer les deux première en s’appuyant sur leurs appels. Je reviens sur ce qui a été compris, accepté et approprié par le sujet.
  • Affirmative : Les premières balises étaient questionnantes afin de s’introduire au cœur du raisonnement de sujet, en partant de ses propres réalités. Celle-ci par contre est injonctives dans la mesure ou elle doit encrer le raisonnement complet dans la réalité du sujet socialisé. Je construis la morale avec le sujet en l’interpelant sur l’espace existant entre les anomalies de son comportement et les deux réalités acceptées (Balises 1 et 2).
  • Spatio-temporalisée : Revenir dans le même espace où les premières balises ont été énoncées. Identifier, avec le sujet, les deux temps des premières balises. Je rappel les deux moments durant lesquels nous avions abordé le sujet. Je permets au sujet de donner des éléments de cette temporalité afin de vérifier qu’il ait bien encré les balise 1 et 2.
  • Raisonnable : Emmener le sujet à raisonner lui-même sur le sujet. C’est lui qui va reprendre le fil de la réflexion. Pour cela, il va revenir sur les éléments factuels identifié par lui et le groupe. Le sujet fait lui-même les liens avec les autres balises
  • Concluante  : Permettre au sujet d’énoncer la conclusion moralisatrice avec ses propres mots. Reformuler ensuite ce qui a été dit en gardant l’idée et les mots principaux de sa formulation. Le sujet conclu par sa propre morale.
423 - Chateau de la Hulpe
451 - Brême

Mise en place sur le terrain

Et ça donne quoi sur le terrain ?

Demande

  • Le conseil de classe envoi Martin, un élève perturbateur à l’École Autrement pour raison d’irrespect envers ses professeurs. À plusieurs reprises, il a insulter ouvertement ses enseignants.

Analyse de la demande

  • À l’École Autrement, après avoir étudié son profil, nous allons amené Martin à nous confirmer ou nous infirmer cet élément. Je vais donc le placer dans une situation analogue à celle rencontrée en classe afin de l’amener à me manquer de respect. Il me parait inutile de travailler l’irrespect de cet élève envers des personnes extérieur au groupe.
  • Une fois l’élément d’irrespect identifié par lui et par moi, j’entame le processus de prise de conscience grâce aux trois balises.

Balise n°1

  • InterrogativeHors contexte, dans le cadre d’une activité non centré sur le respect, j’interroge le groupe, et donc le sujet, sur une première notion : qu’est-ce que le respect en tant que valeur pour chacun ?
  • Émotionnelle : Je plonge le groupe dans une ambiance sombre afin de stimuler leur peur. Nous partons d’un jeu pédagogique de compétitivité avec un enjeu majeure pour chacun.
  • Spatio-temporalisée : Dans le local de l’École Autrement, lors de la première heure du matin.
  • Acceptée : Lors du débriefing, je veille à faire reformuler le sujet sur le thème de la matinée, à savoir mes valeurs. Je prends note devant lui de l’aspect constructif de son intervention à ce sujet : « Dans mes valeurs, on doit respecter les Autres.« 
Statue de l'homme enchaîné
447 - Santa Cruz Carnaval

Balise n°2

  • Interrogative : Hors contexte, nous abordons une autre piste menant au respect : En quoi est-il important de faire attention à soi-même ?
  • Émotionnelle : Je plonge le groupe dans un univers calme et paisible où chacun doit être attentif aux actions de ses voisins afin de deviner un élément qu’ils doivent dissimuler…
  • Complémentaire de la Balise 1 : Je favorise le questionnement du groupe sur le respect de la vie privée de chacun en revenant sur la phrase dite lors du débriefing : Comment peut-on ici respecter les Autres ?
  • Spatio-temporalisée : Toujours à l’École Autrement, l’activité se fait le jeudi en fin de matinée.
  • Acceptée : Lors du débriefing, je veille à faire reformuler le sujet sur le thème de la matinée, à savoir la vie privée et le respect de soi. Je prends note devant lui de l’aspect constructif de son intervention à ce sujet : « On doit respecter sa propre personne. Par exemple en laissant une belle image de soi, en étant respectueux. »
219

Balise Terminale

  • Affirmative :  En individuel, j’interpelle le sujet sur le respect de soi et des Autres : Pourquoi est-ce important de faire attention à soi autant qu’aux Autres ? Ensuite, je reviens sur les événements qui l’ont amené à faire un travail sur lui-même ici, et l’écart qu’il y a entre ces propos (On doit respecter les Autres ainsi que soi-même) et son propre comportement (je n’ai pas respecté mes enseignants en classe et moi-même par mes propos irrespectueux de mes propres valeurs, à savoir le respect).
  • Raisonnable : Je demande au sujet de faire un choix d’attitude qui lui semble correcte : quelle attitude est-il bon de retenir ?
  • Prenant appuis sur les Balises 1 et 2 : Qui ne respectes-tu pas en classe vis-à-vis de tes enseignants ? Que penses-tu de la Bienveillance aujourd’hui ?
  • Conclusive  : Je lui soumet l’idée suivante en l’incitant à réagir : On ne peut changer l’Autre et l’Autre ne peut nous changer. Si l’Autre ne respecte pas certaines de mes valeurs, cela ne doit pas m’empêcher d’exercer les miennes, en l’occurrence le respect des Autres. C’est parce que l’Autre me manque de respect que j’ai l’occasion d’enseigner le respect en le respectant.
Massac place de l'Oum